Escolha uma Página

Ma petite fille, le temps passe très vite! On dirait que c’était hier que je t’ai écrit une lettre te souhaitant une bonne année et maintenant c’est déjà la fin de l’année encore une fois. Nous sommes inquiets pour savoir si tu viendras passer le réveillon avec nous. Hier, ta maman a été au centre commercial mais elle est rentrée triste à la maison car elle voulait s’acheter une belle robe mais celle qu’elle a aimé il n’y avait pas sa taille.

Ma belle, profitant de l’esprit de Noël, je vais te raconter une histoire qui c’est passée dans notre ville en décembre dernier.

Un beau jour, le facteur qui faisait la distribution du courrier dans la ville, pendant qu’il faisait les livraisons, a été surprit par une scène jamais vue. Lors qu’il livrait une lettre à une maison très modeste du quartier, un petit garçon est venu a sa rencontre et l’a supplié de livrer sa lettre au père noël. Le facteur ne savait pas quoi dire à ce petit garçon, il voulait lui dire la vérité, que le Père Noël n’existe pas, mais ému par l’innocence du petit garçon, il a pris sa lettre et il est parti.

Le lendemain matin, avant de partir pour faire ses livraisons, il a lu la lettre a ses collèges de travail. Le petit avait écrit:

“Cher Père Noël, je ne sais pas bien écrire mais j’ai besoin te dire certaines choses, s’il vous plaît, ne remarquez pas ma mauvaise écriture ni mon pauvre vocabulaire.

Je pense que vous n’aimez pas les enfants pauvres. Vous savez pourquoi je pense comme ça? Parce que pour certains enfants vous offrez des cadeaux de peu de valeur; et pour d’autres aucun cadeau. Par contre, pour les enfants riches, vous donnez toujours les meilleurs et plus beaux cadeaux du monde. Je suis desolé de ma franchise, mais je pense que ça n’est pas juste! Les enfants pauvres devraient recevoir les meilleurs cadeaux, et pas les enfants riches, car ils ont déjà tout ce qu’ils souhaitent. Voyons cher père Noël si je n’ai pas raison! Les enfants riches ont déjà des parents riches pour leur donner des cadeaux pendant toute l’année tandis que les enfants pauvres, ses parents n’ont pas les moyens financiers pour leur donner des cadeaux de valeur.

Je vous dis pas ça pour moi, mais pour mon petit frère. Tous les ans, à Noël, il va se coucher en espérant  que pendant la nuit, vous viendrez chez nous et lui livriez un très beau cadeau. Et, quand il se lève et se rend compte que vous n’êtez pas passé par ici, il pleure et s’envahi d’une grande tristesse, en disant que vous ne l’aimez pas parce qu’il est un enfant pauvre.

Ah, père Noël! Ça fait mal à mon coeur car je pense que, pendant que les enfants riches exposent avec joie les beaux cadeaux que vous les avez offert, mon petit frère passe sa journée en pleurant dans les coins de la maison, sans même un cadeau pour jouer.

Je voulais vous demander une grande faveur: pourriez-vous, cette année passer chez moi et lui livrer un cadeau pour Noël? Ce n’est pas grave si il n’y aura pas de cadeau pour moi, j’ai déjà l’habitude de ne pas en avoir un et je ne pleurerais pas, mais mon frère est encore trop petit pour comprendre certaines choses de la vie.

A vraie dire, je voulais travailler et moi même acheter son cadeau de Noël cette année, mais ma maman m’a dit que je suis encore trop petit pour faire ça. Par contre, je vous promets que je vous demanderais ça que cette année. L’année prochaine je serai déjà plus grand donc j’irai travailler pour pouvoir lui faire un très beau cadeau.

Je suis sûr que vous allez répondre à ma demande donc je vous attends.

Signé Juquinha.”

À la fin de la lecture tous étaient émus et ont prit la décision de faire quelque chose pour aider ce petit garçon. Ils ont trouvé des personnes généreuses pour les aider financièrement et beaucoup de personnes ont contribué.

Le matin de Noël, tous ceux qui ont contribué ont étés chez le petit garçon pour livrer les cadeaux. Ah ma fille, je n’ai jamais vu autant de joie.

Je suis rentré á la maison en pensant a l’enseignement que le Seigneur Jesus a dit:

“Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.”

Ah, ma fille, j’ai oublié de te dire, on a donné au facteur le pseudo de “facteur Noël”.

 

Histoire extraite du livre “Contos de Paulo & Wilmar Volume 1” écrit par Wilmar Soares Siqueira et Paulo Soares Siqueira; Editora Happy Books et traduit par Bruna França Viola Ribeiro.